J’ai dit à mes débuts qu’il ne fallait pas plus de quatre heures — et encore quand on n’est pas doué — pour apprendre la mise en scène, et je le pense toujours”, Claude Chabrol

« J’ai toujours eu la conviction que la technique de cinéma s’apprend en une semaine, Olivier Assayas

L’art cinématographique, un éveil culturel et personnel

Le cinéma est un phénomène sociétal planétaire : nous grandissons avec lui, nous apprenons grâce à lui, et nous nous divertissons avec lui. Notre vecteur culturel moderne est autant (voire plus) cinématographique que littéraire et si nous apprécions autant les films c’est parce qu’ils augmentent et transforment notre réalité. A l’école nous apprenons à écrire, à dessiner, à jouer de la musique mais nous n’apprenons pourtant toujours pas à raconter des histoires par l’image, l’éveil à l’art cinématographique fait en effet figure d’exception culturelle… Devenir cinéaste ne s’apprend pas formellement. Les cinéastes empruntent davantage le sentier autodidacte, débutant souvent avec un premier film auto-produit et il est révélateur que ceux techniquement les plus doués au monde (Steven Spielberg et James Cameron) figurent parmi eux. Un chemin ouvert à tous et à toutes et à tout âge, évoquons les (déjà) légendaires Christopher Nolan, Quentin Tarantino ainsi que Stanley Kubrick qui ont réalisé leur premier film à 28 ans ou encore Jean-Pierre Jeunet, Roland Joffé, Ridley Scott qui ont réalisé les leurs vers 40 ans. Ridley Scott continuent quant à lui de réaliser des films à plus de 78 ans et Clint Eastwood à plus de 88 ans…

L’apprentissage cinématographique du jeune cinéaste

La création cinématographique n’est plus une chasse gardée logistique et technologique. La frontière entre les moyens du cinéma « amateur » et du cinéma « professionnel » est abolie. Notre objectif est la transmission d’un savoir-faire opérationnel, en phase avec les incroyables révolutions des technologies du cinéma (en ne perdant jamais de vue que l’essentiel n’est pas tant l’outil que les multiples compétences artistiques et techniques qui sous-tendent l’acte créateur). Nous vous mettons le pied à l’étrier avec un apport pédagogique pragmatique, couplant l’apprentissage de connaissances académiques concises et d’une pratique cinématographique économiquement accessible, afin de vous permettre de gagner un temps considérable de montée en compétences autodidacte.

Nos initiations sont organisées de façon modulaire, un module est dispensé sur une journée et adapté au profil du stagiaire (enfant, adolescent, adulte), et accessibles dès l’âge de 7 ans (découvrez notre page consacré au parcours des grands cinéastes) : concevoir et réaliser un film est, au delà de la technique, une spécialité qui au même titre que les arts graphiques ou musicaux se cultive et se bonifie avec le temps, commencer jeune tombe sous le sens.

De la théorie à la pratique, l’atelier « À huis clos »

L’apprentissage du « cinéaste » présente un écueil inévitable lié à la nature même du métier : il n’y a pas « un cinéma » mais « des cinémas ». Un film est un objet de genre(s) où l’on exprime une sensibilité particulière à l’écriture et à la réalisation. Notre atelier cinématographique propose une pratique sur un genre de film précis, le huis clos (et ses sous-genres comédie, drame, fantastique, policier, romance, thriller…). Pourquoi le genre huis clos ? Le genre  invite à la fois au dépassement et à la maîtrise artistique : direction du jeu d’acteur, rythme narratif, mise en scène permettant de transcender le confinement spatial et temporel…

Nos ateliers ont lieu chaque quinzaine du mois, le Samedi, en plein coeur de Paris. Chaque atelier est unique et d’une durée d’une journée. Accessible dès 16 ans, il se compose de 4 à 8 stagiaires occupant chacun à tour de rôle les fonctions d’acteur*, technicien et réalisateur (*dans ce  contexte précis, bien que la direction d’acteur soit considérée, la qualité du jeu n’est toutefois pas le centre d’attention de ce temps de pratique dédié à la technique cinématographique). L’intérêt d’un format de travail aussi court, sur une journée, réside dans l’exercice du processus collaboratif (critique et incontournable dans la création de film de cinéma) et de la prise de décision pragmatique: produire un film est un processus créatif méticuleux où il convient d’être très organisé et d’avoir le sens des priorités (et quitte à choisir d’être capable de faire moins pour faire mieux dans l’intérêt d’une narration cinématographiquement aboutie). L’équipe d’un atelier est invitée à respecter un temps filmique moyen de 5 minutes mais reste libre de viser un temps plus étendu selon sa synergie technique et sa stratégie de mise en scène (choix de plan-séquence,  recyclage créatif de plans ou de scènes, gestion des dialogues/ voice-over…).

 

Réservations/ tarifs des journées initiation et atelier sur demande.

 

Lectures pédagogiques

Nous vous invitons à consulter nos articles pédagogiques révélant des informations stratégiques portant sur la technicité du métier (démystification de la définition de la caméra cinéma et de la post-production), le parcours des grands cinéastes et leur vision du cinéma, des exemples représentatifs du challenge de réaliser des films, et l’importance de la narration dans nos vies. Très bonne lecture à toutes et à tous.